Les 7 exercices individuels indispensables à la liberté d’exister de la Déclaration Universelle des Droits Humains offrent le droit à l’échec et à l’erreur pour que tout le monde puisse jouir de la possibilité d’aimer et d’être aimé.

 

L’exercice d’exister au travers sa liberté individuelle pour soutenir la Déclaration Universelle des Droits Humains

« Chaque fois qu’il t’arrive quelque coup du sort, souviens-toi de rentrer en toi-même et de chercher quel pouvoir tu as en toi pour y faire face. »

~ Epictète

 

Ce dimanche 8 mai, jour de la fête des mères en Belgique, je suis en compagnie d’enfants.

Soudain, un petite fille se dirige vers moi pour m’arroser un peu avant que l’idée suivante lui vienne à l’esprit.

Elle se décide à me cracher dessus à répétition. Évidemment, un autre enfant l’imite. Me voilà face à 2 enfants qui crachent sur moi le jour de ma célébration en tant que mère.

Mon esprit est un traître à ce moment précis car il entreprend seul de gâcher ma journée en faisant monter en ébullition la colère à cause des représentations habituelles liées à l’action en cours.

Recevoir des crachats crée instinctivement le sentiment d’une grande humiliation car l’adulte qui l’utilise démontre son mépris profond au travers de cette attitude.

Ma formation mentale, fabriquée de toutes pièces au travers des films et autres médias de masse relayés dans les discours populaires, éprouve directement ce sentiment d’attaque fondamentalement choquante par le dénigrement conceptuel de mon existence.

Je prends rapidement le recul nécessaire à l’observation de la situation, tout en étant encore dans le feu de l’action, pour calmer ce qui s’embrase en moi. 

Ces enfants jouent sans connaître les connotations affligeantes qu’ils me font subir. 

Quant à moi, je dois contrer mes automatismes dévastateurs. Je pratique alors la pensée cartésienne qui vient de René Descartes. Je déconstruis un savoir jusqu’à la base la plus stable et sécurisante pour en reconstruire un nouveau.

Cette fille m’a offert, pour ma fête, la possibilité de remettre en question l’émergence incontrôlée de la colère.

N’est-ce pas le plus beau des cadeaux?

Quelle est l’ épreuve à laquelle tu as été confronté.e dernièrement?

Quel passage du texte «Les trois portes de la sagesse » de Charles Brulhart (www.metafora.ch) te permettrait d’en sortir glorieu.x/se?

Voici le début:

Les Trois Portes de la Sagesse

Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent. Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l’envoya auprès d’un Vieux Sage.

– Éclaire-moi sur le Chemin de la Vie, demanda le Prince.

– Mes paroles s’évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable, répondit le Sage. Cependant je veux bien te donner quelques indications. Sur ta route, tu trouveras trois portes. Lis les préceptes inscrits sur chacune d’elles. Un besoin irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche pas à t’en détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t’en dire plus. Tu dois éprouver tout cela dans ton coeur et dans ta chair. Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi.

Le Vieux Sage disparut et le Prince s’engagea sur le Chemin de la Vie. Il se trouva bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait lire:

                                                 “Change le Monde.”

C’était bien là mon intention, pensa le Prince, car si certaines choses me plaisent dans ce monde, d’autres ne me conviennent pas.

La suite est ici : http://www.metafora.ch/les-trois-portes-de-la-sagesse/

L’exercice de l’action juste indispensable à la liberté d’exister de la Déclaration Universelle des Droits Humains 

« Le bonheur d’autrui fait partie de notre bonheur. D’une manière qui n’est ni marginale, ni secondaire. »

~ Jan-Batiste Rauzy

L’article 2 de la Déclaration Universelle des Droits Humains le précise.

Retrouve la globalité de la Déclaration Universelle des Droits Humains ci-dessous.

Il dit:

Quelles que soient les lois ou les idées de son pays, chacun.e, homme ou femme, a donc le droit d’utiliser ou de profiter de tout ce qui va être dit même si, comme toi:

  • Il ne parle pas ta langue;
  • Il n’a pas ta couleur de peau;
  • Il ne pense pas comme toi;
  • Il n’a pas ta religion;
  • Il est plus pauvre ou plus riche que toi;
  • Il n’est pas de ton pays.

La possibilité existe toujours de devenir cet autre individu qu’un groupe social peut persécuter dans l’état d’esprit de se protéger.

Cherche 3 circonstances exceptionnelles qui pourraient te mener à la place de cet individu.

Circonstance n°1:

Circonstance n°2:

Circonstance n°3:

L’intention peut être défendue par un discours soutenant des valeurs mais la réalité du rejet exprime l’inverse.

La fin justifie les moyens sont les propos tenus par Machiavel, d’où l’expression: « c’est machiavélique! ».

Qu’entends-tu comme discours qui semble soutenir des valeurs mais pourrait bien avoir une visée machiavélique?

Discours n°1:

Discours n°2:

Discours n°3:

L’exercice de la pensée indispensable à la liberté d’exister de la Déclaration Universelle des Droits Humains

 

« L’homme noble et libre est celui qui peut, en son cœur, en son âme et conscience et à voix haute dire non. Il brandit ce mot devant tout ce qui l’entraîne, l’excite ou le presse aux actions et aux paroles inconvenantes. »

~ Taha Hussein

Pour lutter contre les discriminations, le Mahatma Gandhi propose:

  • La pratique du calme et de la non-violence 
  • La non-violente non coopération ferme
  • La manifestation pacifique mais active contre l’injustice 
  • La lutte contre la colère mais pas la provocation de celle-ci 
  • Le statut de victime pour mettre en lumière l’injustice 
  • L’invitation à la diffusion des actions par les médias qui ont le pouvoir d’informer le monde afin de faire stopper l’injustice 

Voici 5 citations inspirantes de Gandhi qui se trouvent dans le livre « Tous les hommes sont frères»:

  1. « En opposant la haine à la haine, on ne fait que la répandre, en surface comme en profondeur.»
  2. « La démocratie devrait assurer au plus faible les mêmes opportunités qu’au plus fort.»
  3. « Appeler les femmes « le sexe faible » est une diffamation; c’est l’injustice de l’homme envers la femme. Si la non-violence est la loi de l’humanité, l’avenir appartient aux femmes.»
  4. « La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents.»
  5. « Dès que quelqu’un comprend qu’il est contraire à sa dignité d’homme d’obéir à des lois injustes, aucune tyrannie ne peut l’asservir.»

À partir de ce que tu sais de Gandhi et de ses citations, quelles seraient les libertés fondamentales des humains pour lui?

Si tu cherches à developper tes accès à tes libertés individuelles, suis le guide.

L’exercice de l’amour pour soutenir la Déclaration Universelle des Droits Humains 

« Il faudrait essayer d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple. »

~ Jaques Prevert

La sensation de vide diminue avec la réduction des attentes.

Espérer que les individus se comportent comme j’estime être ce qui est admissible est une source de frustration.

Nous avons tous le droit de vivre notre parcours selon nos rythmes individuels et de nous exprimer selon qui nous sommes à chaque étape de celui-ci.

Dès le moment où un individu est vu comme responsable de ma frustration naissante, il m’est accessible de sourire, de me détendre et de me souvenir qu’il a le droit d’être tel qu’il est.

Les événements sont parfaits pour chacun.e d’entre nous. Concentrons-nous sur nos objectifs personnels sans s’attacher aux résultats escomptés. Et souvenons-nous que le chemin parcouru est toujours celui qui permet d’être une meilleure version de soi-même.

Nos souffrances peuvent servir de guide pour d’autres également.

Sens-toi libre de devenir Astract’Art coach pour aider autrui à s’en sortir là où tes préoccupations principales t’animent.

Au tir à l’arc, la responsabilité de l’archer est d’orienter la flèche correctement. Après, il n’est pas responsable de la qualité de la flèche, ni de la force du vent pendant le voyage de celles-ci.

L’exercice de la volonté pour soutenir la Déclaration Universelle des Droits Humains 

« La liberté de notre volonté se connaît sans preuve, par la seule expérience que nous en avons. »

~ René Descartes

Agir en respectant les valeurs qui font sens parce qu’elles se placent directement au service de notre existence est l’expression de la volonté de notre liberté individuelle.

Choisis 3 mots au service de la liberté de ta volonté:

N°1:

N°2:

N°3:

 

L’exercice de l’imagination pour soutenir la Déclaration Universelle des Droits Humains

« Socrate a circulé dans ces rues et ces ruelles, enseignant aux gens qu’ils doivent se connaître eux-mêmes, cultiver et polir leur esprit…

Il leur apprenait par le dialogue que l’homme possède une conscience libre sur laquelle personne n’a de pouvoir, qui ne peut être objet de négociation ni être vendue telle une marchandise; mais que la liberté de conscience, de pensée, et d’expression est ce qui fait l’humanité de l’Homme. »

~ Taha Hussein

Une série de contes populaires du moyen âge évoque la vente de son âme au diable dans le but d’en tirer profit. Ce qui est visé par l’acceptation d’oublier ses valeurs personnelles est l’appât du gain, la réussite sociale ou encore l’obtention de pouvoir.

La liberté est-elle à vendre?

Que signifie « vendre son âme au diable »?

Que perdons-nous en cédant nos droits à la liberté individuelle pour acquérir des profits divers et variés?

As-tu vécu quelque chose de semblable? Que s’est-il passé?

Découvre les implications de l’expérience sélectionnée via le jeu des WAM!

L’exercice de la transcendance indispensable à la liberté d’exister de la Déclaration Universelle des Droits Humains

« Le bonheur n’est pas le fruit de la paix, c’est la paix elle-même. »

~ Alain

Te sens-tu libre d’être en paix?

La Déclaration Universelle des Droits Humains

Article 1:

Quand les êtres humains naissent, ils sont libres et doivent être traités pour tout de la même manière.

Article 2:

Quelles que soient les lois ou les idées de son pays, chacun.e, homme ou femme, a donc le droit d’utiliser ou de profiter de tout ce qui va être dit même si, comme toi:

  • Il ne parle pas ta langue;
  • Il n’a pas ta couleur de peau;
  • Il ne pense pas comme toi;
  • Il n’a pas ta religion;
  • Il est plus pauvre ou plus riche que toi;
  • Il n’est pas de ton pays.

Article 3:

Tu as droit à la vie. On doit donc te donner les moyens de vivre en sécurité et libre.

Article 4:

Personne n’a le droit de te prendre comme esclave et tu ne peux prendre personne comme esclave.

Article 5:

Personne n’a le droit de te torturer, c’est-à-dire de te faire mal et tu ne peux torturer personne.

Article 6:

Tu dois être protégé.e de la même manière, partout et comme tout le monde.

Article 7:

La loi est la même pour tout le monde: elle doit être appliquée de la même manière pour tous/toutes; on ne peut pas protéger les un.e.s et laisser mourir les autres.

Article 8:

Tu peux demander la protection de la justice lorsque la loi de ton pays n’ est pas respectée.

Article 9:

On n’a pas le darde te mettre en prison, de t’y garder, de te renvoyée ton pays, injustement ou sans raison.

Article 10:

Si tu dois être jugé.e, ce doit être publiquement. Ceux/celles qui te jugeront devront être libres de toute influence et devront, quoi qu’il arrive, faire respecter la loi.

Article 11:

  1. On doit admettre que tu es innocent.e jusqu’à ce que l’on puisse prouver que tu es coupable. Si tu es accusé.e, tu as toujours le droit de te défendre publiquement.
  2. On ne pourra te condamner et te punir pour quelque chose que tu n’as pas fait. Ta punition sera toujours, si tu as mal agi, en rapport avec la loi qui existait au moment où tu as mal agi.

Article 12:

Tu as le droit de demander à être protégé.e si quelqu’un veut se mêler de ta manière de vivre ou de celle de ta famille, de ta manière d’être, de ce que toi et ta famille pensez ou écrivez. Personne ne peut donc pénétrer chez toi sans raison car la loi l’interdit.

Article 13:

  1. Tu peux circuler comme tu le désires dans ton pays et tu peux habiter où tu veux.
  2. Tu as le droit de sortir de ton pays pour aller dans un autre et tu peux revenir dans ta patrie quand tu le désires.

Article 14:

  1. Si on te fait du mal, tu as le droit d’aller dans un autre pays et lui demander de te protéger.
  2. Tu perds ce droit si tu as tué quelqu’un ou si tu ne respectes pas toi-même ce qui est dans les 30 articles écrits ici.

Article 15:

  1. Tu as le droit d’appartenir à une nation.
  2. Personne ne peut te priver de ce droit. Mais tu peux, si tu le veux, changer de nationalité.

Article 16:

  1. Dès qu’on a l’âge d’avoir des enfants, on a le droit de se marier et de former une famille. Pour cela, ni la couleur de ta peau, ni le pays d’où tu viens n’a d’importance. L’homme et la femme ont les mêmes droits quand ils sont mariés et aussi lorsqu’ils se séparent.
  2. On ne peut forcer personne à se marier.
  3. Le gouvernement de ton pays doit protéger ta famille et ses membres.

Article 17:

  1. Tu as le droit de posséder quelque chose, soit tout.e seul.e, soit avec quelqu’un.e.
  2. Personne n’a le droit de te prendre ce qui t’appartient.

Article 18:

Tu as le droit de choisir librement ta religion, d’en changer, de la pratiquer comme tu le désires, seul.e ou avec d’autres personnes.

Article 19:

Tu as le droit de penser et de dire ce que tu crois juste, sans que quelqu’un puisse te l’interdire ou t’inquiéter à ce sujet.

Tu dois pouvoir échanger des idées et des informations avec les femmes et les hommes des autres pays sans que ton gouvernement t’en empêche.

Article 20:

  1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et peut faire partie d’un groupe travaillant pour la paix.
  2. Personne ne peut t’obliger à faire partie d’un groupe.

Article 21:

1. Tu as le droit de participer activement aux affaires de ton pays: 

  • En choisissant des hommes politiques qui ont les mêmes idées que toi;
  • En allant voter librement pour indiquer ton choix.

2. Tu peux faire partie du gouvernement si les gens de ton pays te choisissent pour cela.

3. Ces actions doivent exprimer la volonté de tout le peuple par un vote secret. Les votes des hommes et des femmes étant égaux, ils peuvent donc tous voter librement.

Article 22:

La société dans laquelle tu vis doit t’aider pour que tu puisses te développer et profiter de tous les avantages ( culture, argent, protection de ta personne) qui te sont offerts, grâce à l’effort de tous.

Article 23:

  1. On ne peut t’empêcher de travailler et on doit protéger quand tu ne peux plus travailler.
  2. Tu dois recevoir le même salaire que quelqu’un d’autre qui fait le même travail que le tien.
  3. Tu dois recevoir un salaire qui te permette de vivre et de faire vivre ta famille.
  4. Toutes les personnes qui travaillent ont le droit de se regrouper pour défendre leurs intérêts.

Article 24:

La durée du travail de chaque jour ne doit pas être trop longue car chacun.e à le droit de se reposer et doit pouvoir régulièrement prendre des vacances qui lui seront payées.

Article 25:

  1. Toute personne a droit de gagner suffisamment pour pouvoir se soigner, se nourrir, s’habiller, se loger elle et sa famille. Elle doit être aidée quand il n’y a pas de travail, qu’elle est malade, trop vieille, que sa femme ou son mari est mort.e, qu’elle ne peut plus manger parce que des choses qu’elle n’a pas voulues lui arrivent.
  2. Les enfants doivent être spécialement aidés et protégés ainsi que leur maman, que cette dernière soit ou ne soit pas mariée.

Article 26:

  1. Le droit d’aller à l’école; de profiter de l’école obligatoire sans rien devoir payer; de pouvoir te former dans n’importe quel métier si tu en es capable; tu dois pouvoir, si tu as les connaissances nécessaires, faire des études supérieures.
  2. L’école doit pouvoir développer tous les talents et apprendre à s’entendre avec les autres, sans s’occuper de leur religion ou du pays d’où ils viennent. Elle doit également apprendre ce que contient cette Déclaration afin de conserver la paix entre les peuples.
  3. Les parents ont le droit de choisir comment et dans quelle école l’enseignement se pratique.

Article 27:

  1. Toute personne doit pouvoir profiter de la production des artistes, des écrivains ou des savants de son pays.
  2. Les œuvres de ces gens doivent être protégés et ils doivent retirer le bénéfice de leur travail.

Article 28:

Pour que tes droits et ta liberté soient respectés, dans ton pays et dans tous les autres de la Terre, il faut qu’il existe un ordre qui protège très bien ces droits et cette liberté.

Article 29:

  1. Tu as donc aussi des devoirs envers les gens parmi lesquels tu vis et qui te permettent ainsi de te développer.
  2. Personne ne peut avoir toutes les libertés et les droits. La loi ne donne que ceux qui permettent de protéger les libertés des autres, leur bien-être et une société où tous sont égaux.
  3. Ces droits et libertés ne pourront jamais être utilisés contre ce qui est fait par les divers pays pour maintenir l’égalité et la paix de tous.

Article 30:

Sur toute la Terre, aucun pays, aucune société, aucun être ne peut se permettre de détruire les droits et libertés qui sont écrits dans cette Déclaration par des actions contraires à ce que tu viens de lire.

%d blogueurs aiment cette page :