Entre intuition et neurosciences, quel est le lien?

Pour les neurosciences, des informations sensorielles captées par notre cerveau mais qui ne parviennent pas à notre conscience produisent “l’inconscient d’adaptation”, autrement nommé “intuition”.

Des conclusions inconscientes, via les perceptions subliminales, mènent à prendre des décisions conscientes.

La neurologue et auteure, Régine Zékri-Hurstel, insiste sur l’idée que notre intuition est directement en lien avec notre banque de données sensorielles qui se renouvèle sans cesse. L’intelligence sensorielle contribue alors grandement au développement de notre intuition.

Les différents sens sont à l’origine de nos multiples émotions qui deviennent donc essentielles à notre capacité intuitive.

Ce constat entre en corrélation avec le propos du psychanalyste Moussa Nabati. Le voici:

“Si l’on cesse d’être branché sur soi, si l’on entre véritablement en empathie avec l’autre, alors on peut sentir, pressentir des choses, des événements qui ne sont pas la projection de nos peurs, désirs ou angoisses.”

Entre intuition et neurosciences, quel est le lien? Une faculté expliquée qui rend la vie plus douce et heureuse

“Chacun a la capacité d’être intuitif”, proclame Régine Zékri-Hurstel. L’accès à l’évaluation d’un contexte, d’une personne pour anticiper un danger ou élaborer une solution représente une opportunité de taille proposée par l’intelligence intuitive.

Ce scanner offert par l’inconscient nous branche directement au présent, si l’entraînement est pratiqué, pour améliorer notre avenir et notre devenir.

Notre bien-être sensoriel personnalisé bénéficie d’une voie d’accès royale grâce aux immenses pouvoirs de notre cerveau. Réagir précocement à ce qui est bon ou mauvais pour soi devient possible avec l’exploitation de l’intuition.

“Lorsque nous savons quelque chose avec notre intuition, nous le savons avec nos os, notre coeur; c’est une connaissance, une certitude qui résonne dans l’ensemble de notre corps-être.” -Judee Gee, créatrice et directrice de l’école de l’intuition

Cette relation est-elle constructive? Ce projet est-il viable? Prendre à droite ou à gauche? … Autant de questions qui trouvent des réponses avec le développement de l’intelligence intuitive.

L’intuition est une précieuse boussole au quotidien pour se rapprocher des joies du coeur, de l’esprit et des sens qui sont les nôtres.

Selon Vanessa Mielczareck, coach spécialisée en intuition:

“Cette faculté nous fait gagner du temps, nous rapproche de nos véritables aspirations, nous connecte à nos vraies ressources intérieures. Encore faut-il oser lui faire confiance. Par essence, l’intuition est toujours juste. Lorsque l’on se trompe, c’est parce que l’on n’est pas en présence d’une intuition, mais plutôt de l’expression d’un désir, de l’imagination, d’une volonté, d’une peur.”

Vanessa Mielczareck accuse trois obstacles majeurs:

  1. Le manque de confiance en soi
  2. L’hyperrationalisme
  3. La négativité

Lorsque ces trois croyances limitantes disparaissent, l’accueil de la confiance en ses intuitions et progressivement l’intelligence intuitive nous ouvrent les portes des choix sereins.

Entre intuition et neurosciences, quel est le lien? Des connexions claires avec la sortie des obstacles répétitifs

Roland Jouvent, professeur de psychiatrie et directeur du centre Émotion du CNRS à la Salpêtrière, à Paris affirme ceci:

“La capacité intuitive consiste à percevoir des éléments contextuels et à les agencer de manière adaptative pour trouver une solution nouvelle dans un programme préétabli ou dans une situation répétitive. Nous avons une partie du cerveau rationnelle qui gère nos apprentissages et une autre plus émotionnelle, relationnelle et adaptative, qui est capable de sortir des contraintes logiques répétitives. L’intuition aurait à voir avec la capacité à imaginer des réponses et des solutions hors “logique prédictible”.”

Est-ce qu’il vous est déjà arrivé de plonger dans la confusion mentale la plus totale face à des réactions ou des situations?

Vous vous sentez démuni.e de toutes ressources utiles à la création de liens favorables à l’issue positive recherchée…

L’incompréhension générale règne en maître…

Les connections s’établissent difficilement…

Est-ce que cela fait écho dans votre vécu?

En fait… cet état est courant mais il est nocif! Il génère du stress…

La bonne attitude consiste à être prêt.e à agir avec efficacité.

Et quand nous y parvenons, nous ressentons de l’assurance et de la sérénité.

Notre engagement s’en trouve renforcé.

Toutes les rencontres et tous les événements deviennent des opportunités à saisir.

Le climat ambiant reste harmonieux.

Pour y parvenir et pour vivre de nouvelles configurations, il vous suffit de développer votre intuition.

L’intelligence intuitive, pour le philosophe allemand Schopenhauer, est une marque de fabrique de toutes les oeuvres de génie.

 

 

Vos références bibliographiques complètes sont ci-dessous

Régine Zékri-Hurstel & Jacques Puisais, coprésentent “Le temps du goût” pour notre plus grand bonheur!

Quand deux scientifiques, un oenologue et une neurologue, allient leurs connaissances, leurs expériences et leur complicité intellectuelle au service du goût, l’univers sensoriel est métamorphosé. Oubliez tout ce que vous croyez connaître sur le goût : vous ne croquerez plus dans un radis, une carotte ou un carré de chocolat comme avant. Vous apprendrez que manger n’est pas seulement se nourrir mais que cela peut devenir un véritable art de vivre. Que vous soyez gourmands ou gourmets, devenez acteurs de vos perceptions en découvrant les différentes significations de votre façon de manger. Et dorénavant, si l’on vous demande un ouvrage de référence, vous pourrez répondre : ” Voyez Le Temps du goût ! ”

Judee Gee, l’auteure, nous délivre dans ce guide pratique une expérience personnelle et nous apprend à éveiller l’intuition, la canaliser et la structurer grâce à des rituels, des exercices d’alchimie intérieure et des techniques de méditation, à la relier aux principes universels de circulation énergétique. Sensible et sincère, son livre est une véritable invitation à la libération de notre âme, un hymne à la globalité cosmique de l’être. Nous sommes tous intuitifs, mais notre intuition, endormie par nos fonctions rationnelles, étouffée par les nécessités quotidiennes, sommeille en nous, attendant d’être éveillée. Elle peut, une fois libérée, déverser ses bienfaits dans notre vie, nous pousser à prendre des risques vitaux, nous changer, voire nous révéler à nous-même comme à autrui, nous permettre d’aider les autres en leur rendant audible leur propre voix intérieure. Elle est un élixir inépuisable pour une vraie transformation en profondeur, elle qui a toujours raison et nous guide – contre adversités, errances et égarements – vers l’évolution de notre être véritable. Le livre se termine sur un survol des arcanes mineurs et une leçon consacrée au tirage. Créatrice et directrice de l’École de l’Intuition, Judee Gee livre ici plus de vingt-cinq années d’enseignement et de séminaires au cours desquels elle a mis au point les méthodes les plus efficaces pour se reconnecter avec sa “petite voix intérieure” et l’utiliser utilement et concrètement.

Lorsque nous nous remémorons une altercation ou la racontons, ne mêlons-nous pas ce que nous avons dit et ce que nous aurions dû dire ? Pour tirer notre épingle d’un jeu qui n’a pas tourné à notre avantage ? Le cerveau magicien, c’est cette capacité qu’a notre cerveau de nous donner une représentation de la réalité qui nous évite du stress ou du déplaisir et nous procure des satisfactions ou du plaisir. Roland Jouvent explique pourquoi et comment les troubles psychiques sont des atteintes de ce cerveau magicien. Lorsqu’il n’est plus capable d’opérer sa magie, notre psychisme, confronté de plein fouet à la réalité, se rétracte ou s’effondre. Cette nouvelle approche du cerveau, qui a valu à Roland Jouvent la médaille d’argent du CNRS, fait comprendre pourquoi la guerre des psychothérapies n’aura pas lieu. Psychanalyse, comportementalisme et psychotrope, chacun à sa manière redonne au cerveau ses pouvoirs magiques. Roland Jouvent est professeur de psychiatrie à l’université Paris-VI. Il dirige le Centre émotion du CNRS, à la Salpêtrière.

  • 4
    Shares
%d blogueurs aiment cette page :